De la capacité de riposte

Publié le par Typhoon75

Le tir croisé opposant la firme américaine Google au Gouvernement de la République populaire de Chine illustre assez parfaitement le type de conflits auxquels on sera de plus en plus confronté dans un futur très proche.

 

Pour la première fois, une firme dont la domination croissante sur les domaines de l’internet et de l’informatique a pu lui conférer une redoutable puissance de frappe, tente de faire pression sur un gouvernement souverain et pas des moindre, celui du pays le plus peuplé du monde.

 

Sous prétexte de protester contre la censure imposée par les autorités chinoises-qui ne diffère pas dans le fond de celle en vigueur dans beaucoup d’autres Etats-la firme californienne menace de se retirer du marché chinois.

 

En réalité, Google tente de se refaire une réputation politiquement correcte en s’inscrivant dans les objectifs stratégiques américains, quitte à perdre le gros gâteau chinois. Google détient 30% du marché chinois. Ce qui est loin d’être rien ; il vient en seconde position derrière le chinois Baidu.

 

L’attaque cybernétique contre des comptes Google appartenant à des personnes de nationalité chinoise connues pour leur proximité avec la dissidence en exil a poussé Google à réagir. Des analystes estiment que cette attaque, exploitant une faille déclarée du navigateur de Microsoft, « Internet Explorer » est tellement sophistiquée qu’elle ne peut émaner que des services du Gouvernement chinois. Rien de nouveau, puisque la plupart des pays possèdent des cyber-espions.

 

La Chine qui tient à contrôler l’internet, comme la totalité des autres pays du monde, a subtilement réussi à désamorcer une crise diplomatique en changeant le terrain de confrontation : au lieu d’une polémique politique, les chinois ont ouvert un front commercial direct en évoquant l’épineuse question des droits d’auteur et Google…A peu de chose près ce que reprochent nombre de pays européens à Google.

 

Cette capacité de riposte dont fait preuve la Chine n’aurait pu être mise en œuvre sans une maitrise parfaite des paradigmes nouveaux en matière de sécurité internationale. Le cas de l’Iran, pays qui a fait face à la première attaque cybernétique majeure visant à faire imploser son régime demeure dans les esprits. Il semblerait que les chinois aient bien retenu cette leçon. A fortiori quand des informations persistantes font état d’une étroite collaboration entre Google et les services de renseignements U.S …

Commenter cet article